L’oncle punk

Les playlists Guest

guest

Guest - 16/08/17 -

0
J'aime partager

L’oncle punk

Television Personalities - Smashing Time | 00:00:00
Department S - is Vic there? | 00:02:33
Blondie - Hanging On The Telephone | 00:05:26
The Stranglers - Walk On By | 00:07:38
Joy division - Transmission ( live aux bains douches ) | 00:13:52
Josef K - Fun n' frenzy | 00:16:50
Simple minds - Love song | 00:18:41
Echo and the Bunnymen - The Puppet | 00:23:36
The Sound - Skeletons | 00:26:31
Bauhaus - Third uncle | 00:29:51
Wire - Blessed state | 00:33:53
Marquis de Sade - Back to cruelty | 00:37:08
New order - Dreams never end | 00:39:39
b.movie - Nowhere girl | 00:42:42
Orchestral Manoeuvres In The Dark - Electricity | 00:46:18
The chameleons - Love is | 00:49:34
The passions - I'm in love with germain film star | 00:53:15

L'Oncle Punk, un homme mystérieux qui arpente les salles de concert  ainsi que  les disquaires de la région Lyonnaise  depuis maintenant quelques années. Eternel fan de Joy Division mais pas que, l'Oncle   balance sa culture musicale spécialisée dans le rock alternatif et nous livre ici une playlist soignée. Pas étonnant quand on connait   sa passion pour les bonnes bouteilles !

La légende dit qu'il serait né d'une bouteille de Cornas et d'un vinyle...pour le reste ça se passe ici !

 

 

Le premier album ou single que tu aies acheté et ton premier concert ? 

 

Je me souviens qu'à la fin des 70's les premiers albums que j'ai achetés devaient être les premiers album de Police et d'X.T.C pour les anglais et OK Carole de BIJOU pour les français. Mais j'avais accès à la discothèque de mes frères qui pouvaient me copier sur cassette les albums que je ne pouvais pas acheter pour des raisons financières. En réalité, les premiers albums que j'ai acquis et que j'écoute toujours sont le premier CURE et Unknown Pleasure de JOY DIVISION. Là, j'ai pris un vraie claque. Les singles, c'était moyennement mon truc. A Lyon, nous avions accès à quelques pressages français mais les meilleurs trucs se dealaient dans les boutiques spécialisées. Il n'y avait ni fax ni internet pour commander ces raretés d'outre-Manche et pas non plus de paiement par paypal ou CB. Le mieux était de se déplacer à Londres pour la cam qui m'intéraissait, c'est à dire pour le post punk et la new wave. Quant à mon premier concert, octobre 1981 avec THE CURE au Palais d'Hiver de Lyon. Inoubliable, j'ai toujours le ticket du concert...

 

 

Quel morceau as-tu honte d'aimer en ce moment ? Pas de mensonge !

 

Je n'ai pas vraiment honte d'écouter un morceau en ce moment. Je n'ai que deux oreilles et je n'ai pas le temps d'écouter des trucs qui ne me plaisent pas. Avec Spotify, je défriche à moindres frais et si j'aime, j'achète. Car oui, j'achète encore des disques CD et vinyl. Je reste assez réservé avec cette mode actuelle du vinyl et notamment toutes ces réeditions à vils prix ou pas que l'on peux encore chiner en original dans les vides greniers ou autres conventions du disque, ou tout bêtement sur le net. J'ai vécu l'avènement du CD et maintenant sa disparition programmée. Je maintiens qu'en terme de qualité sonore, on n'a jamais fais mieux.

 

 

Plus sérieusement, quels sont le ou les albums qui t'ont le plus marqué ? Pourquoi ? 

 

Il y a plusieurs albums qui m'ont marqué et que j'ai beaucoup usés en les écoutant. Je ne pourrai pas tous les citer. Disons qu'il y en quelques uns que j'écoute toujours fréquemment: disons que j'écoute tellement de styles différents ces jours que je n'ai pas un top 10 ni même un top 50 mais plutôt un top 100 !